Général 4 juin 2020 | 04:15par chess24 staff

Les échecs en Ecosse

La plus grande fierté échiquéenne de l'Ecosse est sans doute celle concernant les pièces de Lewis du XIIe siècle, découvertes en 1831 sur l'île de Lewis dans les Hébrides extérieures. Dans les années 1480, un inventaire de l'abbaye de Lindores mentionnait "deux paires de thabills et leurs hommes". Il a fallu attendre 1992 pour que l'Ecosse produise se premiers grands maîtres, mais le pays possède une riche histoire échiquéenne qu'Alan McGowan relate dans le 13 et dernier volet de la campagne #HeritageChess soutenue par la Lindores Abbey Preservation Society.


HISTOIRE ■ MOMENTS IMPORTANTS ■ PERSONNALITES

Il n'existe que peu de références sur les échecs en Écosse dans un passé lointain. Beaucoup auront lu quelque chose sur les pièces d'échecs de Lewis, trouvées en 1831 sur l'île de Lewis dans les Hébrides extérieures et datées du 12e siècle. Et certains connaîtront une ligne du Gambit Roi Accepté - le Gambit Cunningham - dont H.J.R. Murray a parlé dans A History of Chess (1913) :

Au début du XVIIIe siècle, les joueurs d'échecs de toute l'Europe étaient attirés à La Haye par la renommée d'un grand joueur écossais, Alexander Cunningham, qui y a résidé de 1710 à 1730.

À l'époque, il y avait deux Écossais portant le même nom, tous deux joueurs d'échecs et tous deux résidant à La Haye. Murray a fourni des preuves montrant que la ligne devait être attribuée à Alexander Cunningham (1654-1737), historien, érudit et diplomate, plutôt qu'à Alexander Cunningham (c.1655-1730), critique et érudit.

Les échecs auraient été joués par les personnes instruites et les riches, mais seulement dans un cadre social limité. Il aura fallu la création de clubs d'échecs avant que la popularisation du jeu ne s'accélère.

CLUBS

Le club d'échecs d'Édimbourg a été fondé en 1822. C'est le deuxième plus ancien club d'échecs après Zurich (1809) et le seul club de Grande-Bretagne à posséder ses propres locaux, un appartement au 1 Alva Street.

En 1824, le club, dirigé par James Donaldson, a lancé un défi par correspondance au club d'échecs de Londres. C'était une démarche audacieuse, car l'équipe adverse comprenait des joueurs expérimentés tels que William Lewis et John Cochrane, un Écossais. Il a duré quatre ans, a été remporté par Edimbourg et a vu l'introduction de l'Ecossaise : 1.e2-e4 e7-e5 2.Cg1-f3 Cb8-c6 3.d4. La ligne a d'abord été jouée par l'équipe de Londres, peut-être influencée par Cochrane, mais elle a été reprise et utilisée avec succès par ses adversaires.

L'entrée du club d'échecs d'Edimbourg, qui prépare ses plans pour célébrer son 200e anniversaire en 2022

Le club d'échecs de Glasgow a été "officiellement" fondé en 1840, mais il existe des preuves qu'il a existé dès 1827. Des clubs ont également été créés à Dundee (1847) et à Aberdeen (1853).7

L'événement significatif suivant dans l'histoire des échecs en Écosse fut le tournoi de Dundee 1867, remporté par Neumann devant Steinitz, De Vere, MacDonnell, Blackburne etc.

ASSOCIATION DES ÉCHECS ÉCOSSAIS

L'Association écossaise des échecs a été fondée le 2 février 1884 et est l'une des plus anciennes organisations nationales d'échecs au monde. Auparavant, il y avait les Pays-Bas (1873) et l'Allemagne (1877). Une Association canadienne du jeu d'échecs a été créée en 1872, mais elle n'était pas vraiment un organe de direction.

Le moteur de sa formation était Walter Cook Spens qui, en raison de sa position dans la communauté juridique, était généralement appelé Sheriff Spens. D'autres personnalités importantes sont devenues membres du bureau lors de la réunion inaugurale : le révérend John Donaldson ("Delta"), G.B. Fraser de Dundee, remarquable pour ses idées et ses analyses, et David Forsyth, inventeur d'une méthode d'enregistrement des positions aux échecs qui a été connue sous le nom de Notation Forsyth. 

Sheriff Spens (1842-1900)

Dans ses efforts pour promouvoir les échecs, la SCA (ndlr : Association des échecs Ecossais en anglais) a organisé un congrès annuel, qui comprenait un championnat et des événements annexes. L'événement inaugural de 1884 a été remporté par John Crum (1841-1922), qui était connu pour son intérêt pour les problèmes d'échecs et l'étude des fins de parties. Et le nom de Peter Fyfe était attaché au Gambit Fyfe : 1.e2-e4 e7-e5 2.Cb1-c3 Cb8-c6 3.d4.

Championnat 1884 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Pts
1. John Crum ½ 1 1 1 1 1 1 0 ½ 7
2. G.B. Fraser ½ 1 1 0 0 1 1 1 1
3. Sheriff Spens 0 0 1 1 1 1 1 1 0 6
4. D. Forsyth 0 0 0 1 1 0 1 1 1 5
5. D.Y. Mills 0 1 0 0 ½ 1 0 1 1
6. G. Andrews 0 1 0 0 ½ 0 1 1 1
7. J. Gilchrist 0 0 0 1 0 1 1 0 1 4
8. J.H.C. McLeod 0 0 0 0 1 0 0 1 1 3
9. J.D. Chambers 1 0 0 0 0 0 1 0 ½
10. P. Fyfe ½ 0 1 0 0 0 0 0 ½ 2

La SCA a également organisé un tournoi par correspondance - il ne s'agissait pas d'un championnat - qui a débuté en janvier 1885 avec 16 participants. Il s'est déroulé dans un format à éliminations direct et a vu John D. Chambers l'emporter après 2 ans et demi de compétition. Chambers qui a été amené par son travail de vendeur itinérant à parcourir le pays, a été surnommé 'l'apôtre des échecs" en raison de ses efforts pour populariser le jeu dans toute l'Ecosse et de son incitation à aider de nombreuses petites villes et communautés à former des clubs d'échecs.

Les échecs écossais ont souvent bénéficié de l'arrivée de joueurs forts venus d'ailleurs. Les championnats de 1885 et 1887 ont été remportés par l'Anglais D.Y. Mills, qui a été amené en Écosse par sa profession. Il enregistrera un total de huit victoires. Le championnat de 1886 fut remporté par le Français G.E. Barbier, qui était enseignant à Glasgow. En 1888, le capitaine G.H. Mackenzie, vainqueur de nombreux tournois dont celui de Francfort en 1887, participe et remporte son seul championnat écossais.

CLUBS D'ECHECS

Il n'y avait pas de ligues d'échecs à l'époque, pas même dans les grandes villes de Glasgow et d'Édimbourg. Les clubs organisaient leurs propres tournois et jouaient parfois des matchs amicaux inter-clubs. Lors d'une soirée décontractée au club d'échecs de Glasgow en 1895, un incident s'est produit qui a eu des répercussions dans le monde entier. Les membres du club discutaient d'une position qui avait été publiée dans la chronique de Georges Barbier dans le Glasgow Weekly Citizen :


Barbier a publié la position ci-dessus, indiquant que les Blancs jouent 1. c7 et que les noirs doivent annuler. La solution proposée était 1... Td6+ 2. Rb5 Td5+ 3. Rb4 Td4+ 4. Rb3 Td3+ 5. Rc2 Td4! 6. c8=Q Tc4+ 7. Dxc4 Pat.

Toutefois, Fernando Saavedra, membre du club, a souligné que 6. c8=T gagne, car après 6...Ta4 (pour parer le mat) 7. Rb3, attaque la tour et menace mat en c1. Pour un lecteur moderne, cela peut paraître banal, mais il semble que le thème de la sous-promotion ait fait sensation à l'époque. Barbier a annoncé la découverte de Saavedra dans une chronique ultérieure et le poste est devenu ce que A.J. Roycroft a appelé "sans aucun doute la plus célèbre de toutes les études de finales".

Les compétitions s'améliorent considérablement après que J.B. Richardson a fait don d'un trophée pour les matchs entre les principaux clubs écossais. Le premier vainqueur de la Coupe Richardson fut Dundee en 1898-99. Et après la mort prématurée de Sheriff Spens en 1900, une souscription publique a permis de collecter des fonds pour la Spens Cup, une compétition par équipes secondaires. L'événement inaugural de la saison 1901-02 a été remporté par Helensburgh, qui a aligné A.B. Law, un futur Premier ministre britannique, au premier échiquier.

Andrew Bonar Law

D'autres progrès ont été réalisés avec la formation de la Ligue d'Édimbourg au cours de la saison 1903-04 et de la Ligue de Glasgow en 1908-09, ce qui a donné une impulsion à la formation de plus de clubs dans ces villes. Elle a également donné lieu à une série de matches entre les ligues de Glasgow et d'Édimbourg.

ECHECS FEMININS EN ECOSSE

Il y a une histoire importante de femmes participant à des événements échiquéens en Écosse. Lorsque l'Association écossaise des échecs a été créée en 1884, quatre femmes figuraient parmi les quelque 150 membres fondateurs, ce qui laisse supposer que les femmes souhaitaient clairement s'impliquer davantage dans le jeu. Cela a été prouvé au début du 20e siècle avec la fondation du club d'échecs des dames d'Édimbourg (1904), du Stirling Ladies' Chess Club (1905) et du Glasgow Ladies' Chess Club au début de l'année 1906.

Le club d'Édimbourg a connu un tel succès qu'au début des années 1930, lorsque le nombre de ses membres a atteint un pic de 94, il a pu acheter ses propres locaux. Ils ont également organisé un championnat féminin qui s'est déroulé de 1927 à 1938, ce qui a dû causer un certain embarras à la SCA, qui n'avait même pas tenté d'organiser un championnat écossais masculin (le premier a eu lieu en 1931).

Les membres des trois clubs féminins ont également participé à la fondation de l'Association écossaise des échecs féminins en 1905, qui a organisé son propre championnat. Les premières années, elle a remporté d'importants succès :

Miss F. Hutchison Stirling: 1905, 1906, 1907, 1912, 1913
Miss A.D. Smith Cuninghame: 1908, 1915
Miss A. Taylor: 1909, 1911, 1914
Miss M.M. Mercer: 1910
Miss M.D. Gilchrist: 1921, 1922, 1923, 1938 et championne britannique féminine 1929 et 1934

Le Edinburgh Ladies' Club a continué jusqu'en 1967, date à laquelle la baisse du nombre de membres l'a obligé à fermer. Le Stirling Ladies' Chess Club n'a pas survécu au début de la guerre de 1914-1918. Le Glasgow Ladies' Chess Club, qui s'est dissous en 1989, comprenait plusieurs membres de la famille Gibb, qui avaient de fortes opinions politiques.

Mrs Margaret Skirving Gibb

Miss Margaret Skirving Gibb

Miss Ellison Scotland Gibb











Ces femmes étaient apparentées à William Skirving (c. 1745-1796), l'un des cinq martyrs écossais bannis par la Grande-Bretagne en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, en raison de leurs convictions politiques. Skirving avait plaidé pour le droit de vote universel et d'autres réformes, ce qui explique pourquoi ces trois femmes étaient toutes trois Suffragettes.

Mme Gibb, une femme aux ressources privées après la mort de son mari, a financé la cause des femmes. Ellison et Margaret - utilisant parfois des pseudonymes - ont participé activement à la campagne pour les droits des femmes et ont été arrêtées et emprisonnées à plusieurs reprises. La photo de Miss Margaret S. Gibb a été prise en 1914 alors qu'elle était prisonnière à Holloway. En juillet de cette année-là, elle a été arrêtée pour avoir découpé le portrait de Thomas Carlyle par John Everett Millais dans la National Portrait Gallery.

LES MAÎTRES EN VISITE

De nombreux maîtres ont visité l'Écosse, notamment Alekhine, Blackburne, Botvinnik, Capablanca, Euwe, Harrwitz, Hübner, Karpov, Keres, Koltanowski, Em. Lasker, Marshall, Maróczy, Miss Menchik, Mieses, Réti, Rosenthal, Shamkovich, Smyslov, Sosonko, Spassky, Staunton, Stein, Steinitz, Suetin, Tal, Teichmann, Tolush, Vasyukov, Yusupov et Zukertort.

En 1937, Koltanowski établit un record du monde avec une simultanée à l'aveugle sur 34 échiquiers à Edimbourg.

En 1938, James S. Macmartin, du Polytechnique Chess Club de Glasgow, bat les champions du monde Alekhine et Miss Menchik dans des simultanées.

En 1984, année du centenaire de l'Association écossaise des échecs, Karpov, alors champion du monde, était l'invité d'honneur.

Une visite particulièrement intéressante est celle effectuée en 1933 par Eliskases, 20 ans, qui avait déjà représenté l'Autriche aux Olympiades de Hambourg 1930 et de Folkestone 1933, et qui avait battu Rudolf Spielmann dans un match en 1932. Il était l'invité des clubs de Glasgow, Bohemian (Glasgow), Dundee et Aberdeen, et il a également joué un match de six matches avec Fairhurst, qui s'est terminé sur un score égal (+1, -1, =4).

Et lorsque Emanuel Lasker, qui s'intéressait à plusieurs jeux de société, se trouvait à Glasgow en 1899, il est venu assister au championnat écossais de dames.

D'ailleurs, deux champions du monde de dames - tous deux écossais - ont également joué aux échecs. James Ferrie (1857-1929) a rejoint le Glasgow Chess Club en 1908 et a joué plusieurs matchs lors de la première saison de la Glasgow League. Richard Jordan (1872-1911) a joué pour le Club d'échecs d'Édimbourg lors d'un match contre le Club de Glasgow en 1897, mais il a ensuite représenté le Working Men's Club d'Édimbourg, qui a remporté le championnat de la Ligue d'Édimbourg au cours des saisons 1903/4, 1904/5 et 1905/6.

Richard Jordan (à gauche) et James Ferrie, lors de leur match au championnat mondial de dames en 1896.

COMPETITION INTERNATIONAL

Il était rare de lire qu'un joueur écossais participait à des matches ou des tournois internationaux. John Crum, vainqueur du championnat de 1884, a joué dans l'une des sections amateurs à Ostende en 1906, où il était accompagné de sa fille, Miss A.M. Crum, qui allait plus tard remporter quatre fois le titre de championne d'Écosse. William Gibson (1873-1932), neuf fois champion d'Écosse, est invité à faire partie de l'équipe britannique qui affronte les Pays-Bas à La Haye en avril 1914. Il a joué un match, gagnant contre D. van Foreest. H.K. Handasyde (1877-1935) a participé aux Olympiades de 1924 à Paris pour les amateurs. Mais dans les années 1930, les choses commencent lentement à changer et des progrès sont même réalisés dans ce domaine.

FAIRHURST – LE BONHOMME ENTRE EN SCÈNE

L'arrivée en Écosse en 1931 du natif anglais William Fairhurst a été un tournant important. Fairhurst, qui avait déjà montré ses capacités dans des tournois anglais, est venu à Glasgow pour rejoindre une entreprise d'ingénieurs en génie civil. Il va bientôt s'imposer dans sa profession, et sur l'échiquier, car il remporte toutes les compétitions auxquelles il participe en Écosse - les championnats du Club d'échecs de Glasgow, le championnat de l'Ouest de l'Écosse et les championnats écossais qu'il remportera à 11 reprises, un record. 


Son arrivée est opportune, car peu après, en 1932, l'Ecosse est acceptée par la FIDE comme membre indépendant. Fairhurst était sans doute très favorable à la représentation de l'Écosse aux Olympiades de Folkestone en 1933, et bien que l'Écosse ait terminé à la dernière place, des signes encourageants ont été observés chez le plus jeune membre, Combe.

Fairhurst a activement fait la promotion des échecs, malgré ses responsabilités professionnelles, et le jeu a reçu une large publicité lorsqu'il a remporté le championnat britannique en 1937.

AITKEN

Au milieu des années 1930, un autre joueur s'est fait remarquer. James Macrae Aitken (1908-1983) remporte son premier championnat écossais en 1935 (Fairhurst ne jouait pas) et il remportera le titre dix fois au total. 

Dr Aitken at the Enschede Zonal 1963

Aitken était un étudiant exceptionnel, diplômé de l'université d'Édimbourg avec mention très bien en 1931. Il a ensuite fréquenté le Balliol College d'Oxford, où il a obtenu un autre diplôme, avec une première place dans la catégorie "Greats". Il a ensuite obtenu un doctorat de l'université d'Édimbourg pour sa thèse sur George Buchanan, le savant et humaniste du XVIe siècle. Cette thèse a été publiée sous le titre "Le procès de George Buchanan avant l'Inquisition de Lisbonne" (Oliver et Boyd, Edimbourg et Londres 1939).

Aitken a joué au premier échiquier pour l'Écosse aux Olympiades de Stockholm en 1937. Fairhurst, qui n'a pas pu y participer, a joué un match d'entraînement avec lui pour l'aider à se préparer. Aitken perd, mais il égalisera les scores en remportant un deuxième match en 1938.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Aitken a été employé comme décrypteur à Bletchley Park, travaillant aux côtés des joueurs anglais les plus connus, Alexander, Golombek et Milner-Barry. Aitken a travaillé comme cryptanalyste dans le Hut 6, qui s'occupait des chiffrages machine Enigma de l'armée allemande et de la Luftwaffe. Il a exploité une faiblesse de la sécurité de la German Enigma qui a été appelée "Aitkenismus". Après la guerre, il a continué à travailler pour le ministère des Affaires étrangères, mais a repris une carrière active aux échecs.

APPROCHES DE LA GUERRE

Le championnat écossais de 1939, qui s'est déroulé à Aberdeen en avril, a été un événement particulièrement intéressant et fort. William Winter, champion britannique en 1935 et 1936, avait déjà accepté une offre pour représenter l'Écosse aux Olympiades de 1939 à Buenos Aires (il était un neveu de l'écrivain écossais J.M. Barrie), il s'est donc peut-être senti obligé de jouer. Cependant, en raison de difficultés d'organisation, qui ont entraîné plusieurs reports de la date de début des Olympiades, l'Écosse a retiré son inscription. Grâce à sa grande expérience, on aurait pu s'attendre à ce que Winter remporte le tournoi, mais ce ne fut pas le cas.

Championnat Ecossais 1939 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Total
1. Pavey, M 1 ½ 1 ½ ½ 1 1 1 1
2. Combe, RF 0 ½ 1 ½ ½ 1 1 1 1
3. Winter, W ½ ½ 1 ½ ½ 1 1 ½ 1
4. Aitken, JM 0 0 0 1 1 ½ 1 1 1
5. Perkins, NA ½ ½ ½ 0 ½ 1 ½ 1 1
6. Geronimus, LH ½ ½ ½ 0 ½ 1 0 1 1 5
7. Gilchrist, J 0 0 0 ½ 0 0 1 0 1
8. McNaughton, WRD 0 0 0 0 ½ 1 0 1 0
9. Page, G 0 0 ½ 0 0 0 1 0 1
10. Bernstein, N 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1

La victoire est plutôt revenue à Max Pavey, l'un des trois étudiants américains en médecine qui étudient en Écosse, les autres étant Geronimus et Bernstein. Combe, toujours en progrès, a réalisé une excellente performance, sa seule défaite étant contre le vainqueur. Aitken a obtenu le pire résultat de sa longue carrière au Championnat d'Écosse. Perkins est né en Angleterre, mais il a travaillé dans la fonction publique à Édimbourg. Plus tard, il rejoindra Aitken à Bletchley Park pour un travail de guerre. Après la Seconde Guerre mondiale, il continua à jouer dans des compétitions écossaises et représenta l'Écosse aux Olympiades de Munich en 1958.

LE RENOUVEAU DE L'APRÈS-GUERRE

Il n'a pas fallu longtemps pour que les échecs reprennent leur place après la fin de la guerre en 1945. Les clubs qui avaient été fermés ont été relancés, de nouveaux clubs ont été créés et les ligues ont été organisées le plus rapidement possible afin de permettre aux compétitions de clubs de reprendre. Les compétitions par équipes d'Écosse pour les Coupes Richardson et Spens ont également débuté lors de la saison 1945-46, la première étant remportée par le club d'échecs d'Édimbourg et la seconde par le Bon Accord Chess Club d'Aberdeen.

Et Fairhurst a poursuivi ses efforts pour populariser le jeu par sa volonté de visiter les clubs et de jouer des simultanées. Il rétablit également sa supériorité en remportant le championnat écossais de 1946, joué en avril.

CHAMPIONNAT BRITANNIQUE 1946

Le premier championnat britannique après la guerre s'est tenu à Nottingham du 12 au 24 août. Fairhurst, qui aurait été le premier choix en tant que représentant de l'Écosse, n'a pas pu y participer, c'est donc Combe qui a été proposé à sa place. La Fédération britannique des échecs a d'abord hésité à faire ce choix, probablement parce qu'elle ne connaissait Combe que pour sa défaite en 4 coups aux Olympiades de 1933 à Folkestone, après avoir commis une erreur élémentaire dans l'ouverture. Cependant, sous la pression de Fairhurst, qui s'est porté garant de ses capacités, la BCF (Fédération Britannique) a cédé.


Combe, qui travaillait pour un cabinet d'avocats d'Elgin depuis 1940, n'avait absolument pas pratiqué les échecs dans sa ville natale au cours des six années précédentes, pas même par correspondance. Il se contentait d'étudier les parties de maîtres dans sa vaste bibliothèque, qui comprenait un exemplaire du livre de Kurt Richter, Kombinationen (Combinaisons), qu'il considérait comme "un bon livre à étudier avant un tournoi".

Combe avait participé au championnat écossais de 1946 en avril, prenant la deuxième place derrière Fairhurst dans cette compétition à cinq joueurs. Ainsi, lorsqu'il s'est assis pour jouer à Nottingham, il avait eu exactement quatre parties d'entraînement en six ans avant d'affronter la plus forte opposition de Grande-Bretagne.

Championnat britannique de 1946

Ce fut la première fois qu'un joueur né en Écosse remportait le championnat britannique. Le contraste entre les reportages sur cet événement dans les deux magazines d'échecs britanniques est remarquable. B.H. Wood, rédacteur en chef de CHESS, a fourni un rapport détaillé et enthousiaste, clairement justifié par la victoire de "l'inconnu" sur un certain nombre de maîtres établis. Cependant, le British Chess Magazine, bien que donnant des résultats détaillés ronde par ronde, a déclaré dans son numéro de septembre 1946, "Nous devons garder jusqu'à notre prochain numéro une appréciation du jeu et des joueurs du championnat..." et n'a ensuite rien dit de plus.

Combe (1912-1952) - qui a fêté son 34e anniversaire pendant le tournoi - a reçu des invitations pour jouer à Prague, Barcelone et Hastings, mais ses engagements professionnels l'ont empêché d'en accepter une seule. De plus, en 1947, il a été annoncé que Combe représenterait l'Écosse au Zonal de la FIDE à Hilversum, en Hollande, mais il n'a jamais joué dans cet événement non plus.  En fait, Combe n'a participé à aucun tournoi majeur après 1946, ni à un autre tournoi de championnat écossais. Il s'est cependant aventuré à jouer le match Ecosse-Angleterre en 1951. Après 1946, Combe se contente de jouer en club et en match pour le Bon Accord Chess Club à Aberdeen.

LES ANNÉES 50

Fairhurst a commencé cette décennie en remportant le premier championnat du Commonwealth, qui s'est tenu à Oxford en octobre/novembre 1951. Les autres concurrents étaient Yanofsky (Canada), Wade (Nouvelle-Zélande), Barden (Angleterre), Berriman (Australie) et Heidenfeld (Afrique du Sud). La même année, Fairhurst a reçu le titre de Maître international de la FIDE.

La détermination de Fairhurst à offrir aux joueurs écossais la possibilité de faire face à une opposition plus forte l'a incité à organiser, et probablement à financer, une série de matchs Écosse contre Angleterre. Ces rencontres ont eu lieu en 1951, 1955, 1958 et 1962 et ont contribué à encourager des joueurs comme Peter Anderson, Aird Thomson, Norman Macleod et Michael Fallone.

Anderson a été champion d'Écosse en 1950 et 1954, Thomson a gagné en 1951, et Fallone en 1963. Macleod n'a jamais remporté le championnat mais est arrivé deuxième à plusieurs reprises. Il s'est ensuite fait connaître comme compositeur de problèmes, obtenant le titre de MI pour la composition aux échecs en 1984, et le titre de GMI en 1994 (à titre posthume).

Fairhurst a également organisé un petit tournoi peu connu à Glasgow en juillet/août 1953.

Glasgow 1953 1 2 3 4 5 6 7 8 Pts
1. Penrose, J. ½ ½ 0 1 1 1 1 5
2. Fairhurst, W.A. ½ ½ ½ 0 1 1 1
3. Golombek, H. ½ ½ ½ ½ ½ 1 1
4. Wade, R.G. 1 ½ ½ ½ ½ ½ 1
5. Yanofsky, D.A. 0 1 ½ ½ ½ 1 1
6. Aitken, Dr J.M. 0 0 ½ ½ ½ 0 1
7. Macleod, N.A. 0 0 0 ½ 0 1 1
8. Knopfler, E. 0 0 0 0 0 0 0 0

L'homme qui a terminé à la dernière place, Erwin Knopfler, était assez fort pour jouer au deuxième échiquier pour le Glasgow Chess Club, derrière Fairhurst, et il avait également été vice-champion d'Écosse en 1953, à Aitken, en avril. Cela aurait pu justifier qu'on lui accorde une place dans ce tournoi, mais tous ses adversaires avaient beaucoup plus d'expérience au haut niveau et il s'est retiré après avoir perdu ses quatre premières parties. Knopfler, qui est décédé en 1993, à l'âge de 84 ans, était le père de Mark et David Knopfler du groupe Dire Straits.

Fairhurst a également amené Wade à Glasgow pour des visites prolongées en 1953 et 1954, pendant lesquelles il a donné des conférences et fait des présentations simultanées dans de nombreux clubs.

VISITEURS SOVIÉTIQUES

Deux grands maîtres soviétiques ont visité l'Écosse dans les années 1950. En 1954, Tolush a affronté 20 adversaires simultanément au club de l'université d'Édimbourg le vendredi 15 janvier, marquant +18, -2 (D. Munro et D. Dykes, tous deux du club d'échecs de Wardie).

Alexander Kazimirovich Tolush

Le lendemain, samedi 16 janvier, il a joué une simultanée contre 5 joueurs, avec des pendules, au club d'échecs de Glasgow. Chacun de ses adversaires disposait de deux heures pour effectuer ses 48 premiers coups, mais Tolush a battu les cinq avant que le spectacle n'ait duré deux heures et demie.

Le très respecté Paul Keres s'est rendu à Glasgow en 1955, où il a joué deux simultanées. Le 26 décembre, il a affronté 20 adversaires, inscrivant 19 victoires et concédant un match nul à Miss Hogarth. Le lendemain soir, il a de nouveau joué 20 parties, cette fois-ci avec un score de +16, =2, -2 (M.D. Thornton et M. Fallone).

Fait significatif, des équipes écossaises, emmenées par Fairhurst, ont participé aux Olympiades de Moscou en 1956 et de Munich en 1958, ce qui a permis à des joueurs comme Michael Fallone, Aird Thomson, Ian Middleton et Norman Macleod de bénéficier de précieuses leçons.

LES ANNÉES 60

Cette décennie a commencé par une certaine réorganisation de l'Association écossaise des échecs. Fairhurst avait été élu président de la SCA en 1959, et il avait choisi M.D. Thornton comme secrétaire et Eric Allan comme trésorier (ce dernier a hérité d'un solde bancaire de 8 livres !). Ce noyau dur de la direction a largement contribué aux succès de cette décennie. Des visites en Écosse ont été organisées pour Botvinnik, Gligorić, Smyslov, Stein, Suetin et Vasyukov, qui ont tous joué des simultanées.

Les tournois d'échecs ont été enrichis par une série de congrès à Glasgow qui ont débuté en 1962. Le nombre de participants a augmenté chaque année sous l'impulsion d'une remarquable équipe d'organisateurs comprenant Gerald Bonner, Walter Munn, Ted Fitzjames, Hugh Holmes, Steve Mannion snr, J. Pursley, John Glendinning, J.B.W. Robertson, John Johnstone et Stan Beaton.

Et comme l'Écosse a envoyé des équipes aux Olympiades de Tel-Aviv 1964, de La Havane 1966 et de Lugano 1968, les joueurs écossais sont maintenant de plus en plus sollicités pour des compétitions internationales, ce qui contribue à renforcer leur confiance. On ne peut qu'imaginer ce qu'a dû ressentir Michael Fallone lorsque le Danois Bent Larsen l'a félicité personnellement pour sa défaite à La Havane contre Pietzsch, le grand maître est-allemand. 

DUNDEE 1967

Cent ans après le célèbre tournoi de Dundee 1867, Fairhurst - le concepteur du pont de Tay Road - et la ville ont accueilli un autre tournoi international.

Dundee 1967 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Pts
1. Gligorić, S. 1 ½ ½ ½ 1 1 1 1
2. Larsen, B. 0 1 ½ 0 1 1 1 1
3. Olafsson, F. ½ 0 1 ½ ½ 1 1 1
4. O'Kelly, A. ½ ½ 0 ½ 1 1 1 ½ 5
5. Penrose, Dr J. ½ 1 ½ ½ ½ ½ 1 ½ 5
6. Kottnauer, C. 0 0 ½ 0 ½ ½ 1 ½ 3
7. Davie, A.M. 0 0 0 0 ½ ½ 0 1 2
8. Wade, R.G. 0 0 0 0 0 0 1 1 2
9. Pritchett, C.W. 0 0 0 ½ ½ ½ 0 0

Le grand maître espagnol Pomar a également débuté le tournoi, mais s'est retiré pour cause de maladie au troisième tour.

Cette décennie a malheureusement été marquée par une controverse qui a modifié la structure de l'organisation des échecs en Écosse. Les critiques formulées à l'encontre de la décision de Fairhurst concernant la sélection de l'équipe pour les Olympiades de Lugano en 1968 ont finalement conduit au retrait de Fairhurst des organisations, une triste fin pour un homme qui, presque seul, avait mené les échecs écossais vers de grands sommets pendant plus de 30 ans. Tout cela a conduit à la création d'une entité distincte, l'Association écossaise des échecs juniors. Cependant, de quelque chose de mauvais naît quelque chose de bon, et les efforts ultérieurs de ce groupe ont grandement contribué à l'avancement des échecs en Écosse.

La fin des années 1960 a vu l'ascension de joueurs tels que Craig Pritchett et Roddy McKay, qui sont tous deux devenus plus tard des maîtres internationaux. Pritchett (17 ans) avait participé aux Olympiades de La Havane en 1966, et McKay (16 ans) a obtenu le meilleur résultat de l'équipe écossaise à Lugano en 1968 (11½/16). Tous deux ont participé aux championnats du monde par équipes universitaires de 1968 et 1969. McKay a également remporté le premier tournoi international junior jamais organisé en Écosse en juin 1969 et a atteint la finale "A" du championnat mondial junior la même année, où il a été considéré comme un rival potentiel de Karpov.

D'autres succès au cours des années 1960 :

  • 1960 Derek Thomson remporte le championnat britannique masculin des moins de 18 ans
  • 1963 Peter Jamieson remporte le championnat britannique masculin des moins de 18 ans
  • 1966 Rosemary McWaters et Marjorie Moore (et Julie Dobson) se partagent la première place du Championnat britannique féminin des moins de 18 ans
  • 1967 Kathleen Patterson remporte le Championnat britannique féminin des moins de 18 ans
  • 1969 Mary McGinn (avec Genine Fielding) partage la première place du Championnat britannique des moins de 18 ans

Les efforts de toutes les personnes impliquées dans les échecs écossais ont été encore validés lorsque David N.L. Levy - né en Angleterre mais représentant l'Écosse - a reçu le titre de Maître international pour son résultat au Zonal de Praia da Rocha.

LES ANNÉES 70

Les congrès de Glasgow des années 60 avaient donné l'occasion aux joueurs écossais de tester leurs capacités face à un certain nombre de joueurs anglais expérimentés qui étaient tentés de venir dans le nord ; Golombek, Barden, Norman Littlewood, Keene, Knox, Hindle, Basman et Wright.

À partir de 1970, le Congrès a inclus un tournoi international junior, et de 1973 à 1976, il y a eu un tournoi international, qui a attiré un merveilleux éventail de maîtres à l'événement du week-end ; Hübner, Ree, Olafsson, Lombardie, Tatai et Westerinen.

Alors qu'auparavant, la participation de l'Écosse aux Olympiades était irrégulière, depuis 1964 jusqu'à aujourd'hui, le pays a été représenté à chaque Olympiade.

ÉCOLES

L'encouragement des échecs dans les écoles a joué un rôle énorme dans l'émergence de plusieurs des meilleurs joueurs écossais. Il existe une ligue active pour les scolaires à Glasgow depuis les années 50, et un grand travail a été réalisé à Dundee, principalement par Nancy Elder, plusieurs fois gagnante du championnat écossais féminin.

Deux écoles écossaises ont remporté le tournoi national par équipes des écoles du Sunday Times, un événement important et fort, sponsorisé par un grand journal : le lycée de Dundee en 1969 et l'académie d'Ayr en 1971.

L'événement le plus marquant des années 70 fut la victoire de Paul Motwani (né en 1962), qui devint le premier Écossais à détenir un titre mondial lorsqu'il remporta le championnat du monde U-17 en 1978.

Motwani, ainsi que son homologue de Dundee, Colin McNab, sont devenus les premiers grands maîtres d'Écosse en 1992.

Dans les dernières années du XXe siècle et dans la transition vers l'époque actuelle, les preuves des progrès réalisés dans le domaine des échecs écossais en général ont été apportées par d'autres qui ont également obtenu des titres de la FIDE :

Maître international : Craig Pritchett, Mark Condie, Roddy McKay, Douglas Bryson, Andrew Muir, Stephen Mannion (parfois Burns-Mannion), Andrew Greet.

Grand Maître : Jonathan Rowson, John Shaw, Jacob Aagaard, Ketevan Arakhamia-Grant.

Il est intéressant de noter que Douglas Bryson s'est fait connaître pour la première fois par ses succès aux échecs par correspondance. C'est ainsi qu'il a obtenu le titre MI par correspondance en 1985 et le titre GMI par correspondance en 1986.

AUTRES MOMENTS SIGNIFICATIFS

1983     Match entre Roddy McKay et Tony Miles pour célébrer le 30e anniversaire du Cathcart Chess Club, à Glasgow.

1984     L'Association écossaise des échecs a célébré son centenaire. L'un des moments forts a été la simultanée du champion du monde Karpov à Glasgow.  

1984     Le tournoi international du centenaire de l'Association écossaise des échecs est remporté par Lev Psakhis.

1987     Simultanée de Boris Spassky à Glasgow : +18, =11, -1 (Paul Motwani).

1988     Glenrothes, une " New Town " développée dans les années d'après-guerre, a célébré son 40e anniversaire avec un tournoi international de blitz, remporté par Tal devant Spassky.

1995     Pour retourner là où les célèbres pièces d'échecs ont été trouvées en 1831, l'île de Lewis a accueilli un tournoi international de parties rapides à quatre joueurs, remporté par Judit Polgár, devant Simen Agdestein, Nigel Short et Paul Motwani.

DE NOS JOURS

Beaucoup de choses ont changé au XXIe siècle (l'organisation nationale est maintenant Chess Scotland). Un certain nombre des joueurs écossais mentionnés ne sont plus actifs, et certains ont changé de centres d'intérêt. John Shaw et Jacob Aagaard sont impliqués dans l'édition de Quality Chess. Craig Pritchett, bien qu'il joue toujours, s'est occupé de la production d'un certain nombre de livres d'échecs très appréciés. Jonathan Rowson, qui est devenu le troisième grand maître écossais en 1999, a remporté de nombreuses victoires lors de tournois. Il convient notamment de noter qu'il a amélioré le succès de Combe en 1946 en remportant trois championnats britanniques consécutifs en 2004, 2005 et 2006. Il est également l'auteur de plusieurs livres d'échecs, qui ont été bien accueillis. (Et pour mettre un peu de baume au cœur, un Écossais d'adoption, Jacob Aagaard, a remporté le championnat 2007).

Les échecs ont également changé, notamment avec le nombre de tournois à cadence rapide/réduite. L'un de ces événements est le tournoi Lindores Abbey Chess Stars, qui s'est tenu en mai 2019 à la Lindores Abbey Distillery près de Newburgh, à Fife. Une annonce de l'époque indiquait que des documents dans les archives de l'abbaye indiquaient que les échecs y avaient été joués il y a plus de 500 ans par les moines de l'ordre des Tironensiens, un inventaire recensant "deux paires de thabills avec leurs hommes" - deux échiquiers avec leurs pièces.

Le tournoi rapide à double ronde a rassemblé quatre Grands Maîtres : le champion du monde Magnus Carlsen, l'ancien champion du monde Viswanathan Anand, Ding Liren et Sergey Karjakin.



En 2020, le Lindores Abbey Rapid Challenge s'est tenu en ligne du 19 mai au 3 juin. Les participants étaient :


Compte tenu de la présence de plusieurs grands maîtres chinois et de la détermination avec laquelle la Chine a poursuivi son succès aux échecs, il est intéressant de noter que l'Écossais Craig Pritchett était membre de l'équipe britannique qui s'est rendue en Chine en février 1981 déjà.

Les amateurs d'échecs seront ravis de voir un tel rassemblement de joueurs de classe mondiale. Et il est tout à fait approprié que les luttes sur échiquier se déroulent sous la bannière de l'abbaye de Lindores, étant donné que la région a été le théâtre de plusieurs véritables batailles entre les Anglais et les Écossais, dirigés par William Wallace, entre 1298 et 1300.

Il semble approprié de terminer par une dernière connexion entre l'abbaye de Lindores et les échecs. Dans son livre The Monks of Tiron, (Cambridge University Press, 2014), Kathleen Thompson mentionne :

...l'abbaye de Lindores, dont la plupart des documents sont conservés dans un registre appartenant à la famille Cuninghame du château de Caprington, Kilmarnock, descendants du dernier commendataire ou patron laïc de l'abbaye.

Miss A.D. Smith Cuninghame (1867-1915) est né au château de Caprington. Elle a été championne d'Écosse en 1908 et 1915.


Alan McGowan

Alan McGowan est né à Glasgow, en Écosse, mais il vit actuellement au Canada. Il est l'auteur d'une biographie du maître d'échecs allemand Kurt Richter (1900-1969), qui le fascine depuis son adolescence. Alan travaille comme historien pour Chess Scotland et vous pouvez trouver beaucoup plus d'informations sur les échecs écossais ici.

Voir aussi :


Trier par ordre chronologique inversé ordre chronologique inversé ordre chronologique les plus aimés Recevoir les mises à jour

Commentaires 1

Invité
Guest 10186304004
 
Rejoindre Chess24
  • Gratuit, rapide et facile

  • Soyez le premier à commenter !

S'inscrire
ou

Créez votre compte gratuit maintenant pour commencer !

En cliquant sur 'S'inscrire', vous acceptez nos termes et conditions et confirmez que vous avez lu notre Politique de respect de la vie privée, y compris la section sur l'utilisation de cookies.

Vous avez perdu votre mot de passe ? Nous vous enverrons un lien pour le réinitialiser !

Après avoir soumis ce formulaire, vous recevrez un email avec le lien de réinitialisation du mot de passe. Si vous ne pouvez toujours pas accéder à votre compte, veuillez contacter notre service à la clientèle.

Quelles fonctionnalités souhaitez-vous activer ?

Nous respectons vos directives en matière de protection de la vie privée et des données. Certains éléments de notre site nécessitent des cookies ou un stockage local qui traite les informations personnelles.

Montrer les options

Hide Options